La rouvierette

A quatre pattes [Rando] – La rouvierette

Peyreleau, 5,8km et 400D+

Le parcours de randonnée de la rouvierette part de Peyreleau et grimpe sur le causse noir. En chemin, entendant des voix, j’ai craint tomber nez à nez avec des chasseurs (alors qu’on avait choisi exprès un itinéraire qui ne traversait pas trop de plateau) mais les voix se rapprochaient bien trop vite. J’ai rappelé Spike, mis les deux poilus sur le côté et attendu tranquillement que passent les deux traileurs qui descendaient en sens inverse, eux aussi avec leurs chiens.

La rouvierette : montée sur le causse

On arrive sans trop de peine sur le plateau, c’est à la fois monotone et tranquille. Je savoure. On passe devant la ferme qui donne son nom à la balade: La Rouvière. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas emmerdés par les voisins.

La Rouvierette : ferme caussenarde

On passe dans un parc à moutons. J’espère intérieurement qu’il n’y aura pas de moutons, parce que mes chiens sont capables de me faire honte. Mais non, on ne voit pas âme qui vive. Et puis le chemin s’efface et le jeu commence: pour se repérer, il faut trouver les cairns avec le marquage jaune du balisage.

La Rouvierette : suivre les cairns

On les suit, j’adore cette espèce de jeu de piste jusqu’à déboucher sur ce qui ressemble à un cul-de-sac (rien à voir avec la Comté). Mais Spike trouve la suite du chemin, entre deux buissons. Je le suis et… me retrouve à deux pas du ravin. Mon vertige fait une montée redoutable et je suis aussi proche du bord que de la crise cardiaque.

En face
En face
En bas
En bas *crise cardiaque*

Spike court le long du précipice, je crois que je vais crever d’angoisse. Moi qui jubilais cinq minutes plus tôt de ce parcours si sympathique… je retire tout le bien que j’en ai pensé. J’avance doucement, Oslo attaché à ma taille me tracte sans aucune considération pour ma trouille. On finit par en sortir (environ dix secondes plus tard), je respire à nouveau normalement.

Vue sur Peyreleau
Vue sur Peyreleau

A partir de là, on redescend, assez doucement d’abord, puis la pente devient plus brusque, et avec un chien attaché devant, c’est casse-gueule. Mais tant qu’on est moins près du bord hein… je me plains pas. On aperçoit Peyreleau et en y arrivant, on fait quelques détours dans ses ruelles pour découvrir quelques trésors de son patrimoine.

Peyreleau : panneau bien de chez nous

Peyreleau : la Tour

Peyreleau : Château du Triadou

Peyreleau : Eglise du Rozier

Peyreleau : La Grande Templière

Je pense qu’on le refera plus jamais.

6 thoughts on “A quatre pattes [Rando] – La rouvierette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *